Nov 152015
 

Nous recevions ce dimanche, l’équipe de Quaregnon, classée devant nous tout en comptant  trois matchs joués en plus.

Début de match à l’avantage des nôtres avec une belle réussite au niveau des lancers à trois points, Quaregnon équilibre les échanges et profite d’un laxisme en défense pour revenir au score.

Un coup de gueule du coach, Joseph Desutter, rétablit la situation et Saint-Louis reprend l’avantage. Un beau mano à mano s’engage avec de belles réussite conjuguées avec d’incompréhensibles ratés et le premier quart temps se termine sur le score de 21 à 18 en faveur des locaux.

Début tonitruant des Collégiens à l’entame de la reprise puis le match s’équilibre de nouveau entre deux équipes non dénuées de qualités mais penchant par moment d’une certaine constance dans l’exécution des phases.

Une supériorité légère mais régulière des nôtres avec une réussite maximale aux lancers francs nous emmènent à la mi-temps sur le score logique de 42 à 21.

Reprise du match avec un acharnement et une saine agressivité des deux équipes dans un chassé-croisé tenant les spectateurs en haleine.

Quelques beaux lancers à trois points nous permettent de creuser un écart progressif et de maintenir notre adversaire à distance respectable pour terminer la troisième période à 60 – 43.

Quaregnon reprend à fond et réduit spectaculairement l’écart, nos joueurs paniquent quelque peu et le spectre des cinq fautes plane sur la tête de trois de nos joueurs, un temps mort est demandé afin de remettre les pendules à l’heure et le match se poursuit de manière acharnée. Les fautes pleuvent et l’on sent que le match peut basculer d’un côté comme de l’autre, la nervosité s’installe, les arbitres tempérant intelligemment le jeu et la partie se poursuit avec le même esprit combatif dans un bel esprit sportif.

Belle victoire d’équipe sur le score de 76 à 60, la première mais elle en appellera d’autres si les joueurs s’appliquent et s’efforcent d’augmenter la vitesse de jeu dans les systèmes.

A noter, notre incroyable réussite au lancers francs et ça, c’est la récompense d’un travail de tous les jours.

Marc Baute

print