Dec 062015
 

UNE DEFAITE QUI VAUT UNE VICTOIRE ;

6 joueurs dont un malade et un blessé, deux cadets et quatre minimes, telle était la composition de notre équipe qui rencontrait ce samedi dans le magnifique Hall Sportif de Jumet, le leader invaincu de notre série, actuel demi-finaliste de la coupe AWBB, le talentueux Spirou de Charleroi.

Motivés comme jamais, nos joueurs entament la partie avec une détermination  rarement vue cette saison et bousculent les Hennuyers avec une tactique bien comprise doublée d’une précision diabolique, ce quart-temps se passe comme dans un rêve et se termine avec un avantage de cinq points pour les nôtres: 15 – 20.

La deuxième période redémarre avec des collégiens motivés qui se battent sur chaque balle, le jeu s’équilibre, les consignes sont bien respectées, Charleroi refait son retard pas à pas mais les nôtres résistent avec un courage exemplaire et reprennent même l’avantage pour atteindre le repos avec dix points d’avance: 26 – 36.

La partie reprend avec des spirous sévèrement sermonés pendant le repos et qui reprennent neuf points en cent-vingt secondes, Joseph Desutter prend un temps mort et replace ses jeunes joueurs.

Charleroi poursuit sa remontée et se détache, montrant par là qu’il n’est pas leader pour rien, la fatigue se fait sentir, le spectre des fautes apparaît mais nos joueurs font front avec un courage qui stupéfie les supporters adverses: 63 – 45 au terme de cette période qui a vu nos adversaires marquer plus de point que lors des deux précédentes.

Galvanisés par leur coach, les Carolos poursuivent leur siège, nos joueurs résistent tant et plus, maintiennent l’écart et mieux encore le réduisent par de rapides contres mais l’avantage restera au leader qui fixera cette partie sur le score final de 82 à 62.

En résumé, nous pouvons dire que des joueurs motivés, jouant l’un pour l’autre et respectant les consignes du coach peuvent renverser des montagnes et démontrer un esprit sportif qui force l’admiration..

Je n’ai pas pour habitude de citer ces noms mais je voudrais dire bravo et merci à Nicolas, Romain, Dany, Emeric, Tom, le valeureux Tom qui victime d’une dysentrie depuis une semaine avait quand même tenu à honorer sa sélection et Sacha qui, le matin même se faisait poser un tape spécial à la cheville.

On ne peut pas oublier non plus le coach, Joseph Desutter, qui ne s’est jamais laissé abattre par les désistements successifs et qui a su élaborer une stratégie mettant à mal le talent adverse.

Marc Baute.
print