Nov 172015
 

Je tiens à saluer une initiative menée au dernier congé de Toussaint par Mario LOZINA et Joseph DESUTTER.

Ils ont proposé à leurs joueurs, principalement nés 2003 et 2002, mais sans refuser d’en intégrer d’autres évidemment, 2 journées propices à un travail des imperfections constatées mais laissant une belle place également à la mise en pratique par le jeu.

La bonne humeur y était bien présente et je me suis réjoui de les accompagner avec mon épouse pour un repas de midi et de voir la bonne ambiance régnante.

Si je mets cette initiative en évidence c’est pour délivrer un message qui, à mes yeux, est particulièrement important dans une formation sportive.

Si la mise en condition physique d’avant saison est extrêmement importante pour tout sportif, d’autres impératifs sont à prendre en compte également : le repos et la diététique sportive.

Un congé scolaire d’une semaine, des vacances de 15 jours et le moment où ces périodes se placent dans le calendrier ont une importance capitale.

Les congés scolaires sont avant tout destinés à prendre du repos, non pas dans l’oisiveté, mais dans le sain délassement.

Ce n’est pas le moment de mettre les bouchées doubles dans le sport, mais bien de l’entretenir et tenter de s’améliorer dans la modération.

Si vos enfants reviennent de stages épuisés, meurtris musculairement ou pire encore, blessés physiquement par l’usure et non l’accident, il faut alors se poser les véritables questions.

On demande à un enfant de prester scolairement autant qu’un adulte. Environ 32h./semaine auxquelles il faut ajouter l’étude et le travail à domicile ! Faites le compte.

Les congés scolaires doivent donc servir à décompresser et se reposer sainement.

J’apprécie également l’effort entrepris par nos deux entraîneurs pour sensibiliser les joueurs à une alimentation intégrant les fruits et légumes, car le constat de leur rejet est devenu monnaie courante.

A l’avenir, nous allons nous tourner davantage vers ce type d’initiative. Deux journées sur une semaine de congé, c’est bien suffisant. Pour le reste, c’est du rôle des parents de contrôler les activités de l’enfant, ses heures de sommeil et les limites fixées pour la grande tentation moderne : les jeux vidéos et autres du genre !

Le club mettra tout en œuvre pour faciliter au maximum l’accès à ces initiatives.

Jean-Luc VENTAT

print